Documentation sur les prélèvements d'organes forcés en Chine.

De La Composition

traduction: en
date: 2021-10-27
update: 2022-05-11

Une bonne composition est la clef de voûte d’une peinture réussie; un jeu de lumière judicieux rendra agréable à l’œil même les sujets les plus modestes. L’étude de la composition est une façon de comprendre pourquoi une chose est, ou n’est pas, belle.

Pour l’essentiel, les règles de composition reflètent le fonctionnement de la vision chez l’Homme et/ou de structures naturelles familières, comme le fait que l’œil est attiré par les contrastes marqués, la répétition de formes similaires dans la végétation, ou les alternances/regroupements de couleurs chaudes (penchant vers l’orange) et froides (penchant vers le bleu).


Feuilles, 2018, Toulouse, France

Feuilles, 2018, Toulouse, France par M. Bivert – CC-BY-SA-4.0

Les “règles” de composition ne se limitent pas à seulement à l’œuvre, mais s’appliquent aussi à sa présentation, d’où l’intérêt de son étude pour un collectionneur: une bonne œuvre peut se trouver ternie par son environnement, une œuvre modeste s’en trouver anoblie.

À vrai dire ces principes restent valables dans d’autres domaines, comme le cinéma, la mode, la publicité, etc. Par exemple, les lignes droites d’un costume donnent du caractère, là où un habit plus rond communiquera une personnalité plus douce.

Auto-portrait, huile sur toile, 1879

Auto-portrait, huile sur toile, 1879 par William-Adolphe Bouguereau via wikimedia.org – Public domain

Mimosa, huile sur toile, 1899

Mimosa, huile sur toile, 1899 par William-Adolphe Bouguereau via wikimedia.org – Public domain

Composition visuelle

Le sujet mériterait un livre pour être traité convenablement; on se contente d’en esquisser ici probablement deux des aspects les plus importants, tous deux directement issus de la Nature.

Pour les curieux, des ressources plus amples sont proposées en fin d’article.

Contrastes

Le premier est que nos yeux sont attirés par les contrastes marqués. Comme exemple type, au cours d’une conversation, une raison pour laquelle les interlocuteurs échangent des regards est que les yeux sont des zones de fort contrastes.

Remarque: Il existe des études sur ce comportement instinctif du regard, voir par exemple:

Tendance à osciller autours de certaines zones lors de l’observation d’un visage. (a) “Jeune fille de la Volga”, sans instructions, 3 min. (b) le visage d’une jeune femme observé sans instructions pendant 1 min. D’après Yarbus, Eye Movements and Vision, 1967, figures 114 et 115, reproduit dans Yarbus, eye movements, and vision, dx.doi.org/10.1068/i0382 (pdf), Tatler & al

Tendance à osciller autours de certaines zones lors de l’observation d’un visage. (a) “Jeune fille de la Volga”, sans instructions, 3 min. (b) le visage d’une jeune femme observé sans instructions pendant 1 min. D’après Yarbus, Eye Movements and Vision, 1967, figures 114 et 115, reproduit dans Yarbus, eye movements, and vision, dx.doi.org/10.1068/i0382 (pdf), Tatler & al – likely, available for fair use

Ils se produisent généralement entre la pupille noire/les ombres portées par l’arcade sourcilière et par la paupière supérieure et la lumière réfléchie par la surface humide de l’œil.

Dans l’exemple suivant, ce contraste de valeur est soutenu par un contraste chromatique plus subtil: le bleu des yeux est la couleur la plus chromatique (i.e. la moins grise/brune) de la peinture. Ce contraste est aussi un contraste de température: le bleu froid contraste avec les tons chauds prédominants:

Portrait de Baldassare Castiglione, huile sur toile, probablement hiver 1514–1515, Paris, Louvre

Portrait de Baldassare Castiglione, huile sur toile, probablement hiver 1514–1515, Paris, Louvre par Raphaël (Raffaello Sanzio) via wikimedia.org – Public domain

Les contrastes de températures nous plaisent probablement en raison de notre exposition quotidienne à deux sources de lumière, le Soleil, plutôt chaud, et la lumière diffuse du ciel bleu, froid, qui est bel et bien une source de lumière, comme emphasé ici dans les ombres sur le côté du bœuf:

Bœuf blanc à Sienne, aquarelle, 1910

Bœuf blanc à Sienne, aquarelle, 1910 par John Singer Sargent via drawpaintacademy.com – Public domain

Remarque: Les lignes, en particuliers les lignes franches, sont des cas particuliers de contrastes. Les peintres les utilisent pour guider l’œil, raconter une histoire, unifier visuellement des éléments distincts.

Dans l’œuvre suivante, le chemin, la rivière et la montagne guide l’œil vers la zone de fort contraste formée par la lumière réfléchie sur l’eau; les ruines verticales et les deux arbres principaux “encadrent” cette même zone.

Gorge caucasienne, huile sur toile, 1893

Gorge caucasienne, huile sur toile, 1893 par Lev Lagorio (Лев Феликсович Лагорио) via allartclassic.com wikimedia.org – Public domain

Unité dans la diversité

Le second principe consiste à générer de l’harmonie en unifiant des éléments présentant une certaine diversité.

Une peinture sans diversité est ennuyeuse; une peinture sans unité est chaotique, bruyante. L’artiste se doit de trouver un juste milieu pour obtenir un résultat agréable.

Les fleurs, les arbres, la végétation en général, les nuages, les montagnes, exemplifient ce principe: tous se ressemblent sans jamais être identiques, et leurs parties s’astreignent à cette même règle.

Dans la Sierra Nevada, Californie, huile sur toile, 1868

Dans la Sierra Nevada, Californie, huile sur toile, 1868 par Albert Bierstadt via wikimedia.org – Public domain

Et, volontairement ou non, l’Homme peut utiliser ce principe pour composer des natures mortes, bâtiments, peintures, photographies, jardins, etc.:

Vases, 2019, Marseille, France

Vases, 2019, Marseille, France par M. Bivert – CC-BY-SA-4.0

Composition sémantique

En plus des aspects superficiels précédemment abordés, les œuvres les plus louées présentent une composition d’ordre sémantique, que l’on retrouve aussi à l’écrit en chinois par exemple.

Notons le contraste entre la grandeur et la permanence de la Nature avec la petitesse des Hommes, l’éphémérité de la guerre:

Guerilla Warfare, huile sur toile, 1862

Guerilla Warfare, huile sur toile, 1862 par Albert Bierstadt via wikimedia.org – Public domain

À l’inverse de la composition visuelle, la composition sémantique est intrinsèquement plus large d’interprétation; c’est d’ailleurs l’un des arguments marketing essentiels justifiant l’art abstrait.

En pratique, il est raisonnable de restreindre le champ d’interprétation aux courants philosophiques/spirituels ayant pu influencer l’auteur, comme on peut par exemple le faire (en) pour La naissance de Vénus de Botticelli.

La Naissance de Venus, tempera sur toile, c. 1485

La Naissance de Venus, tempera sur toile, c. 1485 par Sandro Botticelli via wikimedia.org – Public domain

Exemples et ressources

visual-arts-cork.com (en) analyse la composition de plusieurs œuvres célèbres; drawpaintacademy.com (en) propose un article plus technique, mais bien illustré et abordable sur le sujet.

Eric Bess explore régulièrement des œuvres célèbres à travers des articles sur The Epoch Times (en).

Sur ce site, on propose de même au lecteur quelques études de composition:

Les artistes en herbe peuvent s’essayer à cet ouvrage didactique (en, disponible en ligne) d' Arthur Wesley Dow (1857-1922), ou à celui (en) de Jack Hamm (en, 1916-1996).

Nathan Fowkes propose une série de trois vidéos (en) sur YouTube, et d’autres cours plus complets (payants) sur Schoolism (en).

Ian Roberts propose aussi une pléthore de vidéos sur le sujet sur sa chaîne YouTube (en).


Dans la série:


Commentaires

Par email, à mathieu.bivert chez:

email